Publié le 30 novembre 2021 Temps de lecture : 4 mins 42 secs

Un nouvel immeuble de bureaux ? Oui, mais dédié aux nouvelles mobilités.

Mobivia

Un nouvel immeuble de bureaux ? Oui, mais dédié aux nouvelles mobilités.

#Actualités • 30 novembre 2021

En 2022, ça va bouger à Villeneuve-d’Ascq (59). Dans les Hauts-de-France, en plein cœur de la métropole européenne de Lille, on construit la move FACTORY. Nouveau lieu innovant dédié aux nouvelles mobilités, le bâtiment accueillera dès 2022 près de 1 500 experts du secteur, dans une logique d’ouverture, de partage et d’enrichissement des compétences et des offres. Deux acteurs-clés du projet nous racontent l’aventure de la move FACTORY​.

Avec Alexandra Schiltz,  Directrice du projet move FACTORY, impulsé par Mobivia, écosystème d’entreprises et de startups (Norauto, Midas, Via ID, Klaxit, Getaround….), né des Hauts-de-France et aujourd’hui au service de la mobilité de 50 millions de clients dans le monde.

et Philippe Morel, PDG de Dynamic Workplace, la société qui conçoit et opèrera le corpoworking de 390 places de la move FACTORY

Le lieu de travail a-t-il encore de l’avenir ?

A. S. : Le lieu de travail est encore un endroit fortement vecteur de reconnaissance, de bien-être et d’accomplissement personnel et collectif. Certains de ces lieux, et nous pensons être en train d’en construire un, sont beaucoup plus que des espaces de bureaux. Ils ont une vraie identité, ils transpirent des valeurs, ils redistribuent de l’énergie, ils sont porteurs de sens… A ces conditions, oui, je pense que le lieu de travail a bien de l’avenir.

P.M. La move FACTORY est un lieu qui créera les conditions d’un rassemblement et d’une fertilisation des compétences, et donc du développement économique, pour les experts, les entrepreneurs et les travailleurs qui s’y retrouveront, tous spécialisés dans le domaine des mobilités. Et cette thématisation, cette vocation d’écosystème spécialisé, est un élément clé de l’attractivité de ces nouveaux lieux de travail partagés. On retrouve d’ailleurs cette logique dans tous les domaines aujourd’hui, et pas que dans celui de la mobilité.

Comment définir le « corpoworking » et en quoi est-il pertinent selon vous ?

P.M. : A l’origine, le coworking avait dans l’idée de proposer des lieux plus sympas et moins chers en termes de coût au mètre carré, par rapport au modèle classique d’une entreprise propriétaire de son espace de travail. De structures relativement modestes au départ, on est ensuite passés à des « grands ensembles »​ de coworking, qui ont permis d’augmenter encore plus les économies d’échelle liées à la mutualisation des charges et du coût des services. En ce moment, on assiste à une deuxième révolution du coworking. On voit que la logique purement économique ne suffit plus pour justifier la location de mètres carrés dans un espace de travail collectif. Les entreprises veulent également être rassurées sur la capacité du lieu à les faire évoluer positivement, en termes de business, en termes de compétences, en termes d’innovation… Et la présence de Mobivia, qui accompagne depuis 50 ans les mutations des services et des solutions de mobilité, est évidemment un gage important s’agissant de spécialisation du site, et de ce qu’il aura à offrir à ses habitants. Une grande entreprise qui accueille d’autres entreprises dans ses locaux, avec cette volonté d’enrichissements réciproques, autour d’une thématique commune, voilà ce qu’on a appelé le corpoworking.

Nous devons élaborer des propositions propices au croisement des expériences et des compétences, à travers l'animation organisée du lieu mais aussi en permettant une forme de sérendipité.
Philippe Morel

A.S. : Ces enrichissements peuvent venir d’un sens comme de l’autre. Et c’est bien ce que Mobivia recherche en prenant part à ce projet de « siège social-écosystème »​ qu’est la move FACTORY. Je confirme aussi qu’une multitude d’autres facteurs, au-delà de celui économique, rentrent aujourd’hui en ligne de compte dans les réflexions sur l’immobilier tertiaire pour les entreprises : localisation du lieu, modularité, temps gagné, animations, et surtout proximité des forces vives du secteur. Il s’agit toujours désormais, de se donner le maximum de chances dans l’appréhension des prochains virages économiques, technologiques, mais aussi sociétaux et environnementaux. Et nous croyons que le rassemblement en un même lieu, d’un grand nombre de professionnels et passionnés d’un même sujet, ne peut être que très bénéfique à ces derniers. Grands groupes comme plus petites structures.

Qu’en pensent les collaborateurs de Mobivia, qui seront résidents de ce site hybride et partagé ?

A.S. : Ce projet suscite un véritable enthousiasme. D’abord parce que c’est un projet pour les collaborateurs fait par les collaborateurs : ils sont 800 à le coconstruire totalement depuis 2 ans et demi maintenant. Attentes, envies, besoins métiers, mais aussi craintes : nous sommes dans une démarche participative très fédératrice. Nous avons mis en place une dynamique d’accompagnement au changement avec l’objectif de préparer au mieux chaque collaborateur pour qu’il fasse de ces futurs espaces de travail un levier de réussite.

Ensuite, et surtout, tous adhèrent totalement au sens de ce nouveau site : être un booster de réussite pour ses futurs occupants.

Mobivia